AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
BIENVENUE A TOUS! L'AVIS DES MEMBRES SUR LE FORUM ICI . NOUVEAU DESIGN AUX COULEURS DE L’ÉTÉ.

Partagez|

You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Me
► Messages : 98
► POINTS : 13855
► Date d'inscription : 08/05/2011
► Age : 32
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Aisé
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Hayden Christensen

MessageSujet: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Jeu 14 Juin - 1:12

Dany Ҩ Claire



Ce soir. Ce soir serait le grand soir, celui que j'attendais depuis des mois maintenant. Le stress commençait à monter en moi depuis quelques jours. Peur que Claire se doute de quelque chose, qu'elle tombe sur un indice quelconque lui permettant de connaître mes intentions dès la première seconde. Et surtout peur de lui dire que je l'aimais assez pour faire ma vie avec elle. Bien sûr qu'elle le savait, mais c'était un peu particulier ce soir... Il ne fallait rien laisser au hasard, que tout soit prévu et parfait sans que rien ne paraisse suspect. « Mon ange ? Un chinois demain soir ça te dit ?' avais-je demandé à ma belle dans l'espoir de profiter d'une soirée romantique. Depuis quelques jours, j'avais essayer de me cacher pour organiser tout ça. J'avais passé un moment à appeler le restaurant, à expliquer tout ce qu'il me fallait, à acheter les fleurs préférées de ma petite amie et ces moments passés au travail plus qu'à la maison n'était pas pour lui plaire. J'avais promis de me rattraper d'avoir trop bosser que je l'avais invité au restaurant. J'avais fait exprès de choisir le chinois un peu plus loin de chez nous. Il était magnifique d'intérieur et l'ambiance était romantique, mais la décoration était assez sobre pour que personne ne se doute qu'un type vient demander sa copine en mariage.

Je rentrais donc avec appréhension, ayant discuté longuement avec mon meilleur ami. Gabriel pensait qu'il n'y avait pas à s'inquiéter, il avait sondé l'ambiance de son côté, connaissant très bien Claire. Mais je ne pouvais m'empêcher de me poser des questions. Depuis l'accident de parcours durant la grossesse de Claire, elle n'était plus aussi enjouée qu'avant. Elle était très malheureuse de cet enfant perdu. Rien que d'y penser, j'en étais abattu moi même ! J'ai toujours rêvé d'avoir une famille à moi, remplie d'amour et de gamins qui cours partout. J'étais un enfant unique et je ne voulais pas reproduire cela. Bien qu'ayant été chouchouter par mes parents, je m'étais sentis un peu seul durant mon enfance. J'avais envie d'une grande famille unie. Et Claire était celle qui pouvait m'apporter ce bonheur. Elle était la femme de ma vie et il fallait que je lui fasse comprendre un peu plus en passant cette étape décisive qu'est le mariage. Cela pourrait la rendre assez heureuse pour oublier les malheurs passés et avancer, ensemble, dans une nouvelle vie. Je franchirais le pas.

Petite douche pour bien se préparer psychologiquement. Il n'était que cinq heures du soir, mais je devais me rendre au restaurant avant ma belle afin de parler au patron de l'établissement, ce qui pouvait prendre un peu de temps étant donné qu'il ne parlait pas très bien le français. C'est ça de vouloir se la jouer incognito pour une soirée exceptionnelle. Généralement, lorsque nous sortions, cela se faisait directement après ma sortie du boulot, donc il n'y aurait pas de soupçons à se retrouver là bas. J'avais sortis un joli costume pour l'occasion. Il me fallait être à la hauteur de ma fiancée qui elle savait se faire belle.
Une fois que je fus prêt, je pus me diriger vers le restaurant. Claire allait rentré à la maison vers dix-huit heures et il ne fallait pas que je traîne à l'appartement, autrement tout serait ruiner. Je ne laissais aucun trace de mon passage et quittait ma demeure pour aller au Sushi. J’envoyais un texto sur le chemin, informant ma belle que je venais de sortir du travail et que je la rejoignais pour sept heures. J'avais tellement hâte de la voir, elle toujours aussi belle qu'au premier jour.

Je me souvenais parfaitement de nos premiers jours au camp, toutes les scènes de notre vie défilaient devant mes yeux à mesure que le taxi m'emportait au lieu de rendez-vous. Tout fut rapidement prêt au restaurant et je n'avais plus qu'à me cacher dans un coin en attendant l'arrivée de Claire. Qui serait avec un peu de chance la future Madame Jakes. Je devais avoir l'air idiot d'être si heureux, mais j'étais un grand sentimental au fond de moi, je ne le cachais pas bien au contraire. Le plus merveilleux fut l'entrée de Claire dans le restaurant. J'étais déjà là, assit à notre table, le cœur battant la chamade comme jamais. Elle était splendide et je comptais bien faire en sorte que ce sourire ne disparaisse plus de son visage d'ange. « Bonsoir mon cœur. Tu es magnifique. » lui dis-je en embrassant délicatement ses lèvres. « Tu vas bien ? Pas trop dur la journée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Citylove's
► Messages : 56
► POINTS : 12934
► Date d'inscription : 03/11/2011


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Ven 15 Juin - 12:51

Il était presque six heures du soir, et l’ambiance dans le bus qui reliait l’école au lower east side était électrique. Les citoyens new-yorkais rentraient, pour la plupart, de leur boulot complètement lessivés et les nerfs à vifs. Les engueulades entre passagers étaient monnaies fréquentes, et je dois dire que je n’étais parfois pas la dernière à râler. Aujourd’hui cependant, j’avais réussi à garder mon calme. Avec les enfants, j’avais été patiente, même si la journée avait été très difficile. Avec mes collègues, j’étais restée de marbre alors qu’elles se plaignaient de ci, de ça, des enfants difficiles à gérer et tutti quanti. Avec la directrice de l’école, j’avais gardé la tête haute alors qu’elle m’enguirlandais dans son bureau sur un sujet qui ne me concernait ni d’Eve ni d’Adam. Je ne lui avais fait aucune remarque. Avec les passagers du bus, je n’avais pas tempêté contre certains sans-gênes qui n’hésitaient pas à bousculer d’autres personnes pour atteindre en premier les places assises. Non, je n’avais rien fait de tout cela. En fait, j’aurais pu décrire ce jour, comme un bon jour. Un jour qui donne envie, de chanter, de danser ! Un jour qui donne envie de faire des projets… Bref, un jour qu’on aimerait connaitre plus souvent.

J’avais rendez-vous à sept heures, au Sushi, un restaurant que Dany et moi apprêtions plus particulièrement. Très mystérieusement, je lui avait glissé à l’oreille le soir dernier que cela me faisait très plaisir de partager un moment avec lui autour de la cuisine chinoise de Mr Li, le propriétaire. Le rendez-vous convenu, je m’étais réveillée le matin même avec un beau soleil. C’est comme cela que j’avais prédestiné, à l’aube, que ce jour serait un jour parfait, et qu’il n’y avait pas de raison d’en profiter. Je m’étais rendu à mon travail comme si de rien n’était et revenait à cette heure-ci de la même façon.

Deux arrêts avant le mien, le car se vida d’un coup d’un seul. En effet, nous venions de passer le plus gros des maisons du quartier, le bus se dirigeant à présent vers l’extérieur, là où les logements se faisaient plus rares, et où l’herbe plus verte. Voyant en cela une occasion de me servir de mon portable, portable qui m’avait plus ou moins bien servi, je décidais d’appeler mon interlocuteur préféré, à savoir Gabriel mon meilleur ami... Six tonalités plus tard, je raccrochais, étonnée de ne pas le savoir pendu à son téléphone dernier cri, sujet dont il m’avait rabâché les oreilles toute une semaine avant de finalement se décider. Je haussais les épaules, persuadée qu’il y avait une explication à cela, et appelait le troisième numéro de ma liste illimitée, à savoir mon frère ainé. La communication coutait cher, cependant, je n’étais pas prête à renoncer à entendre sa voix qui me rassurait. Il décrocha dès la première sonnerie, et nous bavardâmes tout le reste du trajet.

Je poussais la porte de mon appartement alors que je raccrochais le téléphone. Au même moment, un texto de mon cher et tendre déclarant qu’il venait juste de sortir du travail me parvint. Il n’était que six heures, et pourtant, j’étais déjà impatiente de le retrouver. Mais il me fallait tout de même patienter une heure. Puisque j’étais seule, j’en profitais pour passer une bonne demi-heure dans la salle de bains, à réfléchir, mais aussi à me faire belle pour l’occasion. Farfouillant dans mon placard, je tombais sur une robe que je n’avais pas mise depuis longtemps, l’enfilait, me regardais dans le miroir en pied de la chambre, retournais dans la salle de bain, me parfumais, et inspectais une dernière fois ma coiffure. Fin prête, je glissais l’instrument de communication dans mon sac, embarquais les clefs posées sur la commode de l’entrée et sortis en un coup de vent.

Une fois en bas, j’hésitais sur le moyen de locomotion à prendre. Le centre-ville n’était pas tout près, je renonçais à y aller à pied. Finalement, je me rendis au bout de la rue et chopait un bus qui repartait dans l’autre sens. Dix minutes passèrent dans le silence complet, et je descendit à l’arrêt le plus près du restaurant. Trois minutes de marche plus tard, je me retrouvais dans la porte et après une dernière vérification, je la poussais. L’intérieur était chaleureux, comme d’habitude. Par contre, seules deux tables étaient occupées. Avec un sourire, je me dirigeais vers Dany qui se leva à mon approche, tout en me complimentant. Je le remerciais et m’assit, tandis que lui faisait de même.

- Oh bien, comme d’habitude, et toi ? répondis-je lorsqu’il me posa la question.

S’ensuivit un petit silence gêné qui se poursuivi par la pseudo-lecture du menu. Je savais ce que je prenais d’habitude et le reposait vite fait sur le bord de la table. Je jetais des coups d’œil de gauche à droite comme si je m’attendais à ce que quelque chose d’inattendu sorte du décor. Mais il n’y avait rien. Il fallait que je rompe ce silence pesant, sinon, j’allais devenir folle.

- C’est bon, t’a choisis ? lui demandais-je, ne sachant trop quoi dire. Ils ont fait un effort de décoration tiens, aujourd’hui fis-je remarquer par la suite

D’habitude, nous ne manquions pas de sujets de conversation. Il fallait dire qu’après tout ce que nous avions vécu ensemble, nous avions eu beaucoup de choses à nous dire, de secrets à nous révéler, de peurs à avouer. Je savais que je pouvais lui faire confiance et que c’était réciproque. Je pensais aussi que nous pouvions tout nous raconter, des plus petits détails aux choses les plus importantes. Je me demandais si nous nous trouvions bien là par hasard. Peut-être avait-il quelque chose à me dire, mais peut-être avait-il peur de ma réaction ? Peut-être me faisais je des idées ?

- Je t’aime tu sais ? Ça me fait vraiment plaisir que tu ais organisé cette petite soirée.

Je lui pris la main par-dessus la table et me mis à faire des cercles avec mon pouce sur sa peau. Cela même me détendait. Il était tout pour moi. J’avais peur de le perdre. Ma vie, c’était avec lui que je voulais la construire, et je voulais lui faire comprendre. Je voulais que rien ne nous sépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Me
► Messages : 98
► POINTS : 13855
► Date d'inscription : 08/05/2011
► Age : 32
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Aisé
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Hayden Christensen

MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Sam 16 Juin - 10:32

J’attendais patiemment l’arrivée de ma belle, la boule au ventre, seul dans ce restaurant étant donné que personne n’était encore arrivé vu l’heure. Fixant le vestibule, je guettais qui entrait jusqu’à ce que j’aperçoive enfin Claire. Elle était resplendissante dans sa robe qu’elle n’avait pas mit depuis longtemps. C’est à cet instant, en la voyant se diriger vers moi, plus belle que jamais, respirant la joie, que je me disais que cela n’allait pas être facile. Je n’avais pas vraiment de doutes sur l’acceptation de ma demande, mais Claire m’impressionnait énormément. Elle avait le don de me faire frémir à chaque regard, même après ces huit ans passé ensemble. Je me levais pour la saluer, l’embrassant doucement. Elle se portait bien me dit-elle et j’en fus ravis. La journée avait été bonne, elle était donc de bonne humeur pour ce qui allait se passer ce soir. J’en étais doublement rassuré. L’on peut dire ce que l’on veut mais même en sachant la réponse, une journée trop éprouvante pouvait jouer sur le moment choisit pour faire ma demande. « Je vais bien aussi, la journée a été calme, rien de bien excitant. » répondis-je.

J’imitais ma princesse en me rasseyant à la table, l’écoutant me vanter la décoration de l’endroit. D’ordinaire, il est vrai que cela restait plus sobre mais après une demande express au patron, M. Li, j’avais obtenu cette ambiance plus chaleureuse et romantique, lui intimant qu’il aurait un peu plus de clients comme nous s’il rajoutait ce petit quelque chose de doux à sa décoration asiatique typique. Je n’avais pas grand-chose à répondre hormis acquiescer en examinant le menu. Je savais ce que je désirais manger ce soir, ce n’était pas bien difficile mais l’appétit n’était pas au rendez-vous comparé à d’habitude, trop excité et anxieux. Prenant un bon souffle, je relevais les yeux vers ma petite-amie afin de lui répondre. « Oui, je pense que je vais prendre les raviolis au bœuf avec les nems de crevettes. Ensuite… Le plat de riz cantonais pour que l’on puisse partager comme d’habitude, et… »
Je continuais mon énumération jusqu’à avoir parlé de mes cinq plats fétiches. Le vin était généralement le même, mais ce soir je ne dirais rien de plus sur l’identité de la bouteille, ayant fait une surprise à ma beauté pour cette soirée exceptionnelle. En effet, j’avais fait importer de France un vin rouge divin que Claire adorait depuis qu’elle l’avait goûté, à notre premier voyage en France officiellement, quand elle m’avait présenté à ses parents, à toute sa famille.

Une fois cela fait, il ne restait plus qu’à attendre que le repas soit porté pour que l’on puisse le savourer en toute tranquillité. Je fis un signe au serveur lorsqu’il vint récupérer notre commande. Les gens du restaurant nous connaissaient bien à force, alors je n’avais eu aucun mal à obtenir quelques faveurs. Ils me devaient bien ça pour emmener toujours mes collègues de travail ou des amis. Un peu nerveux, je n’avais pas les mêmes réflexes tendres envers ma brunette et ce fut elle qui me prit la main en me disant qu’elle m’aimait. Sa façon de prononcer cette phrase m’interpella, on aurait dit qu’elle s’inquiétait que quelque chose n’aille pas entre nous. Le serveur arriva pour déboucher la bouteille surprise et je souris à Claire en lui disant : « Moi aussi je t’aime, mon amour. Tellement que voici une petite surprise spécialement pour toi. » Le serveur versa un verre pour que je goutte et une fois que je lui fit comprendre que ça allait, il servit la ravissante demoiselle. Elle reconnut sans mal la bouteille qui venait d’être posée sur la table et son sourire fit s’élargir le mien. « J’espère que cela te fait plaisir, ma puce. Je veux ce qu’il y a de mieux pour toi. » Je me penchais par-dessus la table pour déposer un baiser sur ses lèvres chaudes. Tout se passait bien jusque là, bien que je brûlais d’envie de faire ma demande…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Citylove's
► Messages : 56
► POINTS : 12934
► Date d'inscription : 03/11/2011


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Dim 17 Juin - 13:13

Le serveur vint prendre notre commande quelques minutes plus tard. Comme je m’y attendais, Dany fit la liste de nos plats préférés, et la commande fut vite prise. Une fois qu’il nous eut laisser seul, j’eus tout le loisir de contempler l’homme qui se trouvait devant moi. C’était étrange de voir comme nous avions changé, sans pour autant cesser de s’aimer comme au premier jour. Plus le temps passait, plus je le trouvais beau et plus je me considérais comme étant une personne chanceuse.

Quand je vis la bouteille s’avancer vers notre table, je ne prêtais pas attention à l’étiquette. En fait, je faisais confiance à mon cher et tendre pour en choisir du bon. Je n’étais pas une grande connaisseuse et pourtant j’étais originaire de France. Cependant, quand Dany me dit que c’était une surprise pour moi, je me redressais sur ma chaise et jetait un coup d’œil vers le serveur qui, très professionnel, lui avait déjà rempli son verre. Suspicieuse, je plissais les yeux en essayant de comprendre pourquoi cette bouteille qui paraissait banale pouvait faire office de surprise. Finalement, quand l’employé nous eut servi et qu’il eut déposé la bouteille sur la table, j’eus tout le loisir de découvrir son origine. Et la présentation officielle de Dany à ma famille me revint en mémoire.

Nous étions revenus en France alors que j’avais à peine vingt ans. Je l’avais présenté à mes parents, qui l’avaient accueillis à bras ouverts. C’était dire que je leur avait parlé de lui toute l’année ou nous avions été séparés à notre retour de vacances. Au début, ils avaient eu un peu de mal. Je les comprenait, je n’avais que dix-sept ans, et pourtant je voyais déjà en lui celui qui m’attendrait devant l’autel. Rêve de gamine romantique bien sûr, fille de bonne famille qui n’avait jamais connu l’amour, tout du moins jamais ressenti de sentiment aussi fort pour personne. Lorsque j’avais pris mon indépendance et que j’étais partie loin d’eux, un peu fâchée il est vrai, je n’avais pas de doute sur l’avenir. Et deux ans plus tard, alors qu’ils avaient vu qu’entre lui et moi cela tenait bon, ils s’étaient dit que peut être j’avais raison. Et la présentation à la famille avait succédé à celle des parents. Nous étions tous réunis à l’occasion du jour de Noël –même mon frère avait fait le déplacement- chose qui n’avait été réalisée les années précédentes, trop de monde vivant à l’étranger, et je l’avais présenté. Maintenant, il faisait officiellement partie de la famille. Toute la journée, nous avions été questionnés sur les prochaines dates du mariage, et en riant, j’avais rétorqué que nous avions bien le temps pour cela, mais que lorsque cela serait chose faite, ils seraient évidemment invités. Et pendant tout le repas, nous avions bu du vin.

La bouteille ainsi posée, je m’en souvins tout de suite Je jetais un regard pénétrant à mon amoureux. Il arborait un air si adorable, si fier de lui, qu’un grand sourire se dessina sur mon visage. Un instant, je regrettais de ne pas être plus proche de lui.

- Oh, tu t’en es souvenu ! Mais pourquoi… commençais-je à dire, émue.

Ce n’était pas le cadeau du siècle, c’était sûr, mais cette délicate attention représentait plus pour moi que ce qu’il aurait pu m’offrir, et cela me fit monter les larmes aux yeux. D’habitude, je n’étais pas émotive, mais cela me fichait un coup au cœur. Avec soulagement, il se pencha vers moi pour m’embrasser, et je profitais de cet échange pour lui exprimer ma gratitude et ma joie de le retrouver chaque matin près de moi.

- Il faut que j’aille… aux toilettes, fis-je, sitôt le contact entre nos lèvres rompu.

Je m’excusais auprès de lui en lui adressant un petit sourire et me précipitais vers la porte. Une fois devant le lavabo, je posais mon sac et m’appuyais sur le lavabo. Je poussais un grand soupir pour me détendre et me remettre de mes émotions. Je tamponnais mes yeux humides avec du papier, tout en essayant de ne pas faire baver le mascara, replaçais une mèche rebelle de ma coiffure puis me lavais les mains. Un dernier coup d’œil rapide au miroir, et je revenais dans la salle de restaurant. Tout cela ne devait pas avoir duré plus de trois minutes.

Quand je revins à table, je sentis qu’une nouvelle fois l’atmosphère était tendue. Je m’assit tranquillement, sans faire de remarque, bien décidée à la détendre de quelques manière que ce soit. Je pris le parti d’être plus insistante en lui reprenant la main puisqu’il ne semblait pas décidé à le faire. Sous la table, je commençais à lui faire du pied, d’abord gentiment puis, plus expressivement, et ce, tout en continuant de le regarder.

- Bon alors, dis-moi tout dis-je, en prenant une voix suave. En quel honneur sommes- nous ici ? Pourquoi avoir choisi ce vin spécialement ? J’ose espérer que ce soit une occasion particulière, sinon, tu aurais tout aussi mieux fait de l’apporter à la maison. Cela aurait été… hmm… plus pratique…

Y’a pas à dire, je n’étais pas contre un rapprochement physique entre nous. Dany savait qu’il m’arrivait parfois de laisser mon côté impulsif reprendre le dessus. Il me connaissait mieux que quiconque. Cependant nous étions au restau, et je savais réfréner mes ardeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Me
► Messages : 98
► POINTS : 13855
► Date d'inscription : 08/05/2011
► Age : 32
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Aisé
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Hayden Christensen

MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Mar 19 Juin - 6:08

Assit là, tous les deux, rien ne pouvait être plus beau. Et pourtant... Il ne manquait plus qu'une chose et ce serait vraiment parfait. Mais le moment n'était pas venu et tout allait aller crescendo durant le repas. Je commençais déjà pas mal fort avec cette bouteille de vin Français. J'avais appris beaucoup de choses durant nos nombreux voyages chez la famille de Claire. Son père était un fin connaisseur et n'avait de cesse de me faire goûter des vins de sa cave, pour que je ne soit pas un de ces Américain qui croit qu'il n'y a que le vin Californien qui compte. Bien que j'apprécie ce dernier, il est vrai que Monsieur Granger avait raison, en France il n'y avait rien de meilleur que les grand cru. Enfin, à part les femmes... Je préférais passé ma vie avec ma belle Claire plutôt que dans une cave remplie de bons vins.
Bien entendu, comme je m'y attendais, ma petite-amie se posait des questions sur mes attentions. Elle était loin d'être prête pour cette soirée, je la prenais par surprise mais tant mieux, j'aimais la surprendre au quotidien. « Juste une envie de te faire plaisir pour voir cette étincelle dans tes yeux... » avouais-je sans pour autant mentir. Trop émue, ou alors pour une autre raison, Claire se précipita vers les toilettes des dames, me laissant seul à la table.

Le serveur vint vers moi, apportant quelques amuses-bouches pour patienter. J'en profitais pour voir avec lui si tout serait prêt avec le chef afin que la soirée soit des plus somptueuses. Le stress montait en moi. Je sortis de la poche de ma veste l'écrin qui contenait une superbe bague que j'allais offrir à Claire pour lui demander sa main. Elle était de toute beauté, simple diamant mais d'une valeur inestimable puisque appartenant à ma famille depuis des générations. J'ouvris la boîte pour la contempler un instant, les battements de mon cœur s'accélérant d'un coup. Comment pourrais-je faire ça ? Ou ne pas le faire ? Je me sentais perdu et décidais de remettre l'écrin à sa place. Jetant un œil de chaque côté de la salle, je vis un couple plus âgé qui me regardait avec un air ravi, m'intimant de me lancer sans crainte. Un sourire timide envoyé à la vieille dame et voilà que ma petite-amie revenait s'asseoir. « Tout va bien ? » demandais-je en scrutant son visage.

Ses yeux étaient plus brillants que d'ordinaire, signe d'un bouleversement. J'avais fait mouche avec la bouteille, et n'osait imaginer ce qu'elle allait faire lorsque je lui proposerais... Mais ce n'était pas encore l'heure. Pour le moment, le serveur venait de nous apporter notre commande. J'aurais pu me concentrer sur le repas mais un frisson me parcourait le corps à mesure que le pied de Claire remontait le long de ma jambe. Réprimant un étouffement, je levais les yeux vers elle qui semblait plus que ravie de l'effet produit. Je respirais profondément afin de calmer les ardeurs de mon corps qui lui réagissait positivement à ces attouchements... Si son but était de me faire rentrer à la maison de suite, elle était en train de gagner la bataille. Je me mis à caresser doucement la paume de sa main en souriant, parlant sur le même ton qu'elle. « Et bien... Pour tout te dire, bien que l'idée d'être seul à la maison avec toi me plaise plus que tout, j'ai bien des surprises pour toi ce soir en réalité... Il faut juste être un peu plus patiente et je serais tout à toi mon ange... dis-je en prenant sa main pour l'embrasser.
C'est dingue ce qu'elle pouvait m'exciter ! J'espérais qu'elle allait garder son pied là où il était, car si elle remontait encore d'un cran, je ne pourrais plus réfléchir ! Elle était d'une curiosité d'enfant que j'adorais, toujours à vouloir qu'on réponde à ses questions, même les plus idiotes. Mais ce soir, elle faisait bien de se demander ce qui allait se passer. Mais j'avais oublié ce que je désirais lui dire et avait besoin d'un peu de calme et de quelque chose dans le ventre pour me ressaisir et me lancer. « A nous ! » déclarais-je en levant mon verre. « A tous ces instants de bonheur que tu m'apporte chaque minute de ma vie qui passe. Je t'aime Claire. » Je l'aimais tellement que les mots sortaient avec bien plus de facilité que je ne l'aurais cru. J'avais besoin de lui dire ce que je ressentais. J'étais un grand sentimental il faut dire ! Après ce petit toast porté, je gardais toujours le mystère sur mes intentions, encore quelques minutes de stress le temps d'avoir quelque chose dans le ventre pour ne pas s'évanouir à l'annonce que je m'apprêtais à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Citylove's
► Messages : 56
► POINTS : 12934
► Date d'inscription : 03/11/2011


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥ Mer 20 Juin - 12:08

Si nous étions heureux ensemble, c’était simplement parce que nous savions comment faire plaisir à l’autre. Je n’avais pas de recette du bonheur, et je savais que tous les couples ne tenaient pas aussi longtemps que le nôtre. Il nous arrivait de nous disputer, fort parfois, mais nous ne restions fâchés bien longtemps, réconciliation sur l’oreiller oblige. Dany avait des défauts, mais je les acceptait, parfois, il m’énervait prodigieusement, parce qu’il disait un mot, ou faisait quelque chose qui ne me plaisait pas. S’approcher de trop près d’autres filles par exemple. Ma jalousie prenait une grande part de nos conflits, même si cela faisait un moment que j’essayais de faire des efforts. Je savais qu’il n’avait pas toujours le choix, que le métier qu’il avait choisi l’exposait à la tentation féminine, et s’il m’avait jusqu’à présent montré qu’il était digne de confiance, je restais encore suspicieuse. Je n’avais pas raison de l’être, mais je ne pouvais m’empêcher de faire des remarques acides lorsqu’il me racontait les péripéties de la journée. Intimement, je me persuadais que c’était parce que je tenais à lui plus que quiconque, et c’était ce que j’avais envie de lui montrer.

Je m’offris une petite escapade aux toilettes afin de me remettre les idées en place après l’épisode du vin. Je revins très rapidement me poser à ma place, portait le verre à mes lèvres et en buvait une gorgée, les sens en éveil. L’alcool me laissa une sensation de chaleur au fond de ma bouche, et je reposais le verre en ayant une idée bien précise de ce que je désirais faire.

- Tout va… parfaitement bien, déclarais-je avec lenteur.

Séparés par cette table joliment décorée, je n’avais pas réellement de moyens d’action pour mettre en œuvre mon opération séduction. Tout ce micmac devait avoir une signification, et comme d’habitude, ma curiosité était en haleine. Dany ne voulait pas me l’avouer, je l’avais compris, il était très secret comme garçon. Généralement je parvenais à mes fins en l’embrassant, en arborant une tenue plus sexy que d’habitude –si ce n’était pas autre chose- ou bien en le harcelant de sms pendant toute une journée. A la fin, il finissait par craquer. Sinon, c’était qu’il s’agissait de quelque chose qui ne me concernait pas, et je finissais par m’avouer vaincue le soir même. Mais je n’avais tout de même pas à me plaindre, il m’avouait la plupart du temps ce qu’il avait dans la tête sans que je n’aie besoin de le questionner. Même si je le soupçonnait parfois de faire exprès de se taire. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas renoncer au plaisir d’utiliser mes charmes pour le faire parler. Son plaisir, et mon plaisir en même temps, bien entendu. Suite à cette réflexion intérieure, ma main vient rencontrer la sienne, et mon pied entra en contact avec sa jambe.
Sa réaction ne se fit pas attendre. Surpris, il faillit s’étouffer avec la bouchée de nem qu’il venait de prendre, et ses yeux se posèrent instinctivement sur moi. Fière d’avoir éveillé son attention, je piquais à mon tour dans le plat en évitant son regard et en gardant un sourire innocent. Cela ne l’empêcha pas pour autant de répondre à ma question. La réponse ne me convenait évidemment pas, mais c’était souvent la première donnée avant de changer d’avis et de révéler ce que l’on savait et qu’on réprimait à dire.

- Des surprises ? Je te félicite, tu as parfaitement commencé ! Par contre mon cœur, tu sauras que la patience n’est pas mon point fort… Mais soit, j’imagine que tu m’avouera bien à un moment ou à un autre ce qu’il en est.

Et, joignant les gestes à la parole, je fis descendre mon pied le long de sa jambe et le reposait à terre. Oh, ce n’était surement pas fini, mais cela me permettait de lui laisser un petit temps de répit.

- A nous ! dis-je en levant mon verre à mon tour, pour tout le bonheur que tu m’apportes... et toutes les surprises que tu me fait.

Nous trinquâmes avec un sourire et nous reposâmes nos verres. La nourriture, comme d’habitude était excellente et je me régalais. Pas que pour cette raison, m’avouais-je. Tout en mangeant, je lui jetait des regards furtifs. Il ne semblait pas se douter que j’allais revenir à la charge dans pas longtemps. Une fois l’entrée finie, nous parlâmes de choses et d’autres jusqu’à ce que le serveur vienne nous débarrasser. En y voyant l’occasion de jouer à nouveau, je remontais brusquement mon pied contre la jambe de Dany, à la même place qu’il était tout à l’heure. J’adressais un grand sourire à l’employé histoire de noyer le poisson et tandis qu’il s’en allait, je me tournais vers mon charmant petit-ami.

- Oh, je suis désolée mon cœur, ma patience à des limites… Enfin, je peux l’enlever si tu veux, je ne suis pas très difficile en matière de négociation…

Pour la troisième fois, je repris mon verre de vin. Diable, qu’il faisait chaud dans cette pièce !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥

Revenir en haut Aller en bas

You're the one and only, I want you to be mine forever... ♥ || Claire ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE CENTRE VILLE :: ♣ BARS & RESTAURANTS ♣ :: ♣ LE SUSHI ♣-


    Membre du mois

    A venir.

    Protected by Copyscape Duplicate Content Finder

La petite nouvelle

Kayleigh Toscane Caufield


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit