AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
BIENVENUE A TOUS! L'AVIS DES MEMBRES SUR LE FORUM ICI . NOUVEAU DESIGN AUX COULEURS DE L’ÉTÉ.

Partagez|

Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Jeu 26 Juil - 9:58

Amélia & Joyce
« Une meute de loup ... ou des étudiants affamés »



La sonnerie de l'université retentit dans tous les bâtiments, délivrant ainsi une multitude d'étudiants affamés. La plupart discutaient déjà avec leurs amis, se demandant probablement ce qu'ils mangeraient à midi. Joyce prit son temps pour sortir de son cours de littérature comparée. Elle appréciait énormément cette nouvelle vie d'étudiante puisque sa mère avait toujours tenue à ce qu'elle suivent des cours à domicile depuis sa plus tendre enfance. Se retrouver dans le milieu étudiant lui paraissait très excitant et lui procurait une nouvelle sensation de liberté. Elizabeth n'était plus constamment sur son dos. On ne pouvait pas nier un tel progrès ! La jeune anglaise remballa son carnet de note et sa trousse en se félicitant d'avoir choisi la littérature comme sujet d'étude. Lire avait toujours été l'un de ses passe-temps favoris. Autant travailler sur quelque chose que l'on aime. C'est pour cela qu'elle avait prit l'option "arts". Cela lui permettait de découvrir l'univers de la danse, de la musique, de la peinture ... Bref, de nouveaux horizons.

Joyce salua son professeur et sortit de l'amphithéâtre. Elle aussi commençait à avoir faim et elle se dirigea vers la cafétéria de l'université. En chemin, elle prit son temps pour observer les autres personnes. Parfois, la brunette avait l'impression d'être quelqu'un de bizarre qui ne pourrait jamais s'accorder avec les autres. Elle n'avait pas beaucoup d'ami, sa mère lui interdisant de révéler à quiconque qu'elle était désormais totalement ruinée. Au début de l'année, les jeunes filles bourrées de fric étaient venues lui tourner autour. Bien sur, tout le monde savait que le très fortuné Charles Whitaker était décédé l'année dernière dans un terrible accident. Mais peu de personnes avait appris qu'il n'avait laissé que des dettes à sa femme et sa fille. Il n'y avait plus grand monde qui passait encore à la maison. De toute manière Elizabeth vendait peu à peu les meubles. Il ne demeurait que les amis hypocrites de sa mère, ces riches héritières ou femmes de grands businessmans avec qui elle prenait le thé fréquemment sans leur révéler ses activités nocturne de couturière . Mais la réputation des Whitaker était connue. Et les pimbèches de la fac avaient cru pouvoir se mettre leur fille unique dans la poche. Joyce ne voulait plus de tout ça et les avait gentiment envoyé balader. Peut-être qu'elle ne s'était pas fait des amis, mais au moins elle resterait elle-même.

La jeune fille vérifia sa montre. Elle disposait de deux heures pour prendre son déjeuner et ne se sentait donc pas pressée. Contrairement à la multitude de personnes faisant la queue et bousculant quiconque ne choisissait pas son menue assez rapidement. Joyce s'amusait de voir cette meute de loup affamée. Elle patienta comme tout le monde avant de se retrouver face aux nombreux choix de plat. Joyce ne mangeait pas grand chose. Cela n'avait rien à voir avec un souci de poids, même si c'était probablement la raison de sa taille de guêpe. Elle n'avait tout simplement pas beaucoup d'appétit. Après s'être emparée d'une salade et d'une part de tarte aux pommes, Joyce se retourna face au réfectoire et eut un choc. Jusqu'à présent elle n'avait pas vraiment fait attention au monde attablé. Mais maintenant elle voyait bien qu'il y avait quelque chose d'étrange. Pour une raison inconnue, toute la fac semblait s'être donnée rendez-vous ici. Ordinairement, il y avait de la place pour tout le monde et il restait même des tables libres. Mais aujourd'hui elle avait beau balayer la salle du regard, elle ne voyait pas le moindre endroit où elle pourrait manger tranquillement comme à son habitude. Joyce fit quelques pas et soupira. Elle repéra finalement une table occupée par une unique jeune fille. Ce n'était pas vraiment son genre d'aller vers les autres de cette manière. Mais avait-elle le choix ?

"Euh... excuse moi. Je peux m'assoir ici ? Il n'y a plus aucune place."

Bon, on ne pouvait pas dire qu'elle attendit la réponse de son interlocutrice pour s'installer. En même temps, elle ne se sentait pas vraiment à l'aise ici, parmi tous ces gens qui semblaient si loin de son univers.

"C'est fou le monde qu'il y a aujourd'hui ! Je me demande ce qu'il se passe."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Jeu 26 Juil - 22:30

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



Une fois de plus la sonnerie de fin de cours du matin de Columbia retentit. C'était l'heure la plus horrible sur le campus car tout les étudiants sortaient comme une meute de loup affamé. Amélia quant à elle, prenait tout son temps pour sortir de son cours de journalisme. C'était bien évidemment son cours préféré car c'est ce qu'elle désirait devenir le plus au monde. Elle pris donc son temps pour sortir, car l'heure du repas n'était pas pressant pour elle. Lorsqu'elle est à la fac, Amélia est toute seule sans son frère derrière elle pour lui dicter ce qu'elle doit manger, quand etc. Enfin pas tout à fait seule, puisque sa soeur Nina était également à Columbia mais en cours d'architecture. Cependant cette dernière était avec ses amis donc Amélia était belle et bien seule.

Amélia est pourtant quelqu'un de sociable, et d'assez apprécier mais cela est souvent du au métier de sa mère qui est mannequin et son père businessman. Cependant Amélia est différente de ces filles écervelés, certes elle aime aller aux fêtes mondaines, mais elle n'aime pas les coups bas et encore moins celles qui s'amusent à critiquer la première fille qui passe devant elle. Elle préfère donc s'isoler pour le déjeuner, et parler de temps en temps avec des "connaissances" plutôt que de traîner avec ces filles.

Amélia arrive dans la cafétéria prend une salade et une pomme. Elle ne mange jamais grand chose le midi. Mais il lui arrive du coup de se venger sur le repas du soir. Elle prend son plateau et va se mettre à une table seule.
Elle sort un bouquin et commence à déjeuner. Lorsque soudain, elle voit une jeune fille assez charmante il faut l'avouer qui s'avance et qui lui parle.

"Euh... excuse moi. Je peux m'assoir ici ? Il n'y a plus aucune place."

Elle n'attend pas que je lui réponde, mais je regarde autour de moi et remarque que pour une fois la cafet' est bondée. Cela était surement du à la conférence qui était prévu dans l'après-midi.

"C'est fou le monde qu'il y a aujourd'hui ! Je me demande ce qu'il se passe."

Elle me paraissait plutôt sympathique, alors je me lança dans la discussion.

" Oui c'est normal, il y a une conférence cet après-midi, je suppose que c'est pour cela que la cafet' est bondée. * avançant ma main pour lui serrer la sienne* Bonjour, je suis Amélia Robertson. Et toi? Rassure moi tu ne fais pas partie de la bande des écervelés blondes?" dis-je

Je sais que je pouvais être parfois un peu trop directe, mais je préfère quand les gens comprennent mes intentions depuis le début. De plus cette fille me parait bien sympathique, peut-être que nous pourrions devenir amies qui sait, j'aurais bien besoin d'une alliée dans cette fac.

Elle me regarda en riant, et me dit "..."


Dernière édition par Amelia S. Robertson le Sam 4 Aoû - 4:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Lun 30 Juil - 4:05

Joyce n'avait pas vraiment l'habitude d'aller vers les autres. Mais aujourd'hui, et pour une raison qui lui était totalement inconnue, la cafétéria de l'université semblait avoir été prise d'assaut. Alors à moins de manger par terre ... Elle préféra s'assoir à la même table qu'une jeune fille brune qu'elle ne connaissait pas. Mal à l'aise, la jeune anglaise se sentit presque obligée de dire quelque chose et elle fit une remarque sur le monde exceptionnel présent ici.

" Oui c'est normal, il y a une conférence cet après-midi, je suppose que c'est pour cela que la cafet' est bondée."

Elle acquiesçât. Cette histoire de conférence ne lui disait rien du tout. Pourtant, Joyce était généralement toujours la première informée de ce qui se passait autour d'elle. Elle aimait bien se tenir au courant des dernières nouvelles et même de celles qui n'étaient pas encore officielles. Non pas qu'elle fasse partie de ces langues de vipère qui critique tout ce qui bouge. Cela lui donnait plutôt l'impression de ne pas être totalement exclue de la vie sociale de l'université. Et puis elle prenait tout cela avec beaucoup d'ironie.

"Vraiment ? Je n'étais même pas au courant. Elle porte sur quoi ?"

Amélia, puisque c'était ainsi qu'elle s'appelait, lui tendit une main amicale que Joyce fut contente de serrer. La brunette semblait très sympathique et finalement ce n'était peut-être pas une si mauvaise chose qu'elle ait du s'assoir à cette table. La dernière remarque de son interlocutrice lui provoqua un éclat de rire.

"Rassure moi tu ne fais pas partie de la bande des écervelés blondes?"

"Non, je crois qu'elles ne m'apprécient pas beaucoup pour être honnête. Je m'appelle Joyce Whitaker."
Répondit-elle en souriant.

Robertson. Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Il lui semblait qu'elle avait entendu son père le mentionner l'année dernière. Peut-être que le père d'Amélia travaillait avec le sien avant sa disparition. Si c'était le cas, alors Amélia faisait partie de ce clan très fermé des riches de la ville. Et cela l'étonnait qu'elle ne soit pas avec les autres pimbêches et qu'elle l'accueille si gentiment. A moins que ce ne soit qu'un hasard. Robertson était un nom plutôt répandu. Ses yeux se posèrent sur un livre qui traînait sur la table.

"Oh, je t'ai dérangé en pleine lecture. Tu lisais quoi ?" Demanda-t-elle, curieuse.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Lun 30 Juil - 4:57

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



Elle me paraissait plutôt sympathique, alors je me lança dans la discussion.

" Oui c'est normal, il y a une conférence cet après-midi, je suppose que c'est pour cela que la cafet' est bondée. * avançant ma main pour lui serrer la sienne* Bonjour, je suis Amélia Robertson. Et toi? Rassure moi tu ne fais pas partie de la bande des écervelés blondes?" dis-je

Je sais que je pouvais être parfois un peu trop directe, mais je préfère quand les gens comprennent mes intentions depuis le début. De plus cette fille me parait bien sympathique, peut-être que nous pourrions devenir amies qui sait, j'aurais bien besoin d'une alliée dans cette fac.

Elle me regarda en riant, et me dit=

"Vraiment ? Je n'étais même pas au courant. Elle porte sur quoi ?"

Avant que Amélia ne réponde, la jeune demoiselle dit aussitôt :

"Non, je crois qu'elles ne m'apprécient pas beaucoup pour être honnête. Je m'appelle Joyce Whitaker."Répondit-elle en souriant.

Amélia chercha pourquoi le nom de famille de la jeune fille lui disait quelque chose. Whitaker? Ne serait-ce pas l'homme d'affaire qui travaillait avec son père et qui était disparu l'année dernière. Elle ne savait pas qu'il avait une fille. Seulement Amélia, ne préféra pas poser la question étant donner qu'elle venait de se rencontrer.

Avant que Amélia ne puisse répondre à la précédente question de Joyce, cette dernière lui posa de nouveau une question:

"Oh, je t'ai dérangé en pleine lecture. Tu lisais quoi ?" Demanda-t-elle, curieuse.

"Non ne t'inquiète pas tu ne m'a pas dérangé. Je suis en plein dans la lecture de "La Tour" de Uwe Telkamp. En ce qui concerne la conférence je crois que c'est un important médecin qui vient voir les élèves de médecine. Et bienvenu au club des non apprécier de ces pimbêches. En tout cas je me sens bien sans elle, pas toi? Elles croient que tout peu leur tomber dans les mains, elles ne voient que par l'argent et essayent d'amadouer tout le monde avec. Je ne supporte pas ça"

Amélia était certes pas en manque d'argent, mais elle ne supportait que l'on se serve de son argent pour tout avoir. Elle préférait quand cela se faisait pour la personne en elle-même et non pour son compte en banque. Lorsque Amélia le pouvait, elle versait de l'argent à des oeuvres caritatives plutôt que de s'acheter des vêtements et accessoires de grands couturiers.

Elle regarda Joyce, lui souriant qui lui dit:

"..."


Dernière édition par Amelia S. Robertson le Sam 4 Aoû - 4:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Mer 1 Aoû - 9:22

Généralement, Joyce n'aimait pas trop répondre aux questions. En revanche, elle adorait en poser et pouvait se montrer très curieuse par moment. En fait, elle pouvait paraître froide aux premiers abords mais dès que la glace était brisée, la jeune anglaise devenait alors beaucoup plus avenante. Amélia lui répondit qu'elle ne la dérangeait pas même si, avant son arrivée, cette dernière était en train de lire un livre intitulé La Tour de Uwe Telkamp. Cela ne lui disait rien du tout. Pourtant, Joyce adorait lire. C'était l'un de ses passe-temps favoris. Sa mère ne voyait pas d'un très bon œil le fait qu'elle s'intéresse à l'art ou à la littérature. D'ailleurs, elle ne comprenait pas pourquoi Joyce tenait tant à étudier à l'université. Pour elle, l'éducation devait se limiter au strict minimum. C'était une perte de temps et d'argent alors qu'elle rêvait d'un tout autre avenir pour sa fille. Elle se marierait, aurait des enfants, serait une bonne maîtresse de maison ... Une vision à l'ancienne du rôle de la femme qui ne convenait pas du tout à miss Whitaker. Tout cela était démodé, passé de date. Au contraire, elle adorait essayer de nouvelles choses et apprendre. C'était pour elle un moyen d'émancipation. La lecture lui permettait de s'évader et de vivre des aventures qu'elle n'aurait jamais pu connaître sans la littérature. C'était presque salvateur.

"Je ne connais pas ce livre. ça parle de quoi ?"
demanda-t-elle, curieuse.

La conférence concernait les étudiants de médecine. Joyce aimait bien assister à toute sorte de conférence, même celles qui n'avaient rien à voir avec sa filière d'étude. Cependant, la médecine était peut-être un domaine un peu trop pointue pour elle. Et puis de toute manière, elle avait d'autres cours à suivre. La jeune anglaise sourit à la dernière remarque de son interlocutrice à propos des pimbêches bourrées de fric.

"Tout à fait d'accord. J'ai déjà eu ce genre de fréquentation et j'ai fini par me rendre compte que tout ce qui les intéresse ce sont les apparences. Je crois qu'on ne perd pas grand chose. En fait, j'ai presque pitié d'elle et de toutes celles qui les admirent et aimeraient leur ressembler. Si elles savaient ..." soupira-t-elle.

Mais elle se reprit bien vite et arbora de nouveau un sourire. Elle était contente d'entendre un tel discours dans la bouche d'Amélia. Cela la confortait dans l'idée que cette dernière était quelqu'un de gentil et surtout qu'elle était différente de ses anciennes fréquentations.

"Enfin bref, on ne va pas parler d'elles pendant toute la pause." dit-elle en coupant une part de sa tarte au pomme avec sa cuillère.

Cela pouvait paraître étrange, mais elle commençait toujours son repas par le désert. Elle trouvait nul d'attendre tout un repas pour manger ce qui lui faisait le plus plaisir. On ne savait pas ce qui pouvait arriver entre temps. Alors autant profiter de ce que l'on a au moment où on le possède.

"Et sinon, tu suis quel cursus ici ?"

Alors qu'Amélia lui répondait, Joyce perdit son sourire en apercevant la petite chef des pimbêches bourrées de fric arriver avec sa suite près de leur table. Elle marchait telle une miss america, roulant des hanches et battant les cheveux au vent.

"Tiens, quand on parle du loup. Les dindes sont de sorties."


Bon, elle n'aurait peut-être pas du dire ça. Mais elle les détestait tellement ! Si ce n'avait été que d'elle, elle lui aurait volontiers fait un croche patte. Malheureusement, sa mère avait acceptait qu'elle vienne ici en lui faisant promettre de ne pas faire de vague afin que personne ne suspecte le soit-disant déshonneur de la famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Mer 1 Aoû - 10:38

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



"Non ne t'inquiète pas tu ne m'a pas dérangé. Je suis en plein dans la lecture de "La Tour" de Uwe Telkamp. En ce qui concerne la conférence je crois que c'est un important médecin qui vient voir les élèves de médecine. Et bienvenu au club des non apprécier de ces pimbêches. En tout cas je me sens bien sans elle, pas toi? Elles croient que tout peu leur tomber dans les mains, elles ne voient que par l'argent et essayent d'amadouer tout le monde avec. Je ne supporte pas ça" lui dis-je

Amélia était certes pas en manque d'argent, mais elle ne supportait que l'on se serve de son argent pour tout avoir. Elle préférait quand cela se faisait pour la personne en elle-même et non pour son compte en banque. Lorsque Amélia le pouvait, elle versait de l'argent à des oeuvres caritatives plutôt que de s'acheter des vêtements et accessoires de grands couturiers.

Elle regarda Joyce, lui souriant qui lui dit:

"Je ne connais pas ce livre. ça parle de quoi ? Tout à fait d'accord. J'ai déjà eu ce genre de fréquentation et j'ai fini par me rendre compte que tout ce qui les intéresse ce sont les apparences. Je crois qu'on ne perd pas grand chose. En fait, j'ai presque pitié d'elle et de toutes celles qui les admirent et aimeraient leur ressembler. Si elles savaient .. . Enfin bref, on ne va pas parler d'elles pendant toute la pause "

Elle me paraissait réellement gentille cette fille, de plus elle avait l'air de penser comme moi et cela me plaisait beaucoup.

Je la regarda et lui répondit:
" Hum c'est un livre sur l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest, j'aime beaucoup les livres sur l'histoire de la 2nde guerre et de l'après-guerre en Allemagne. Et j'ai également traîner avec ce genre de fille et je ne souhaite pas que cela se reproduise même si c'est que souhaiterait ces pimbêches malheureusement pour moi. Et tu as raison changeons de sujet."

Nous commençons donc petit à petit à faire connaissance, nous essayons d'en apprendre un peu plus l'une sur l'autre, je pense qu'une amitié pourrait naître de cette rencontre.

"Et sinon, tu suis quel cursus ici ?" me dit-elle

" Je suis en journalisme et toi? "

Joyce nu pas le temps de me répondre car les pimbêches venaient vers nous en marchant telle une miss qui se croit trop belle pour être dans la même salle que les autres filles. Avant qu'elle n'arrive Joyce me lança discrètement:

"Tiens, quand on parle du loup. Les dindes sont de sorties."

J'eu envie de rire, mais elles sont déjà arrivée à notre table. La reine des pimbêches nous regarde et nous lance:

"..."


Dernière édition par Amelia S. Robertson le Sam 4 Aoû - 4:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Ven 3 Aoû - 9:43

En bonne étudiante de lettres qu'elle était, Joyce s'empressa de demander plus de détails sur le livre que lisait Amélia. Elle aimait bien se cultiver, apprendre de nouvelles choses et élargir sa culture générale. Cela lui donnait l'impression de valoir quelque chose, ce que la plupart des gens qui l'entouraient ordinairement refusaient de lui accorder. Il ne voyait en elle qu'une riche héritière destinée à devenir la parfaite épouse de bonne famille. Ce genre de chose lui faisait horreur !

" Hum c'est un livre sur l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest, j'aime beaucoup les livres sur l'histoire de la 2nde guerre et de l'après-guerre en Allemagne. Et j'ai également traîner avec ce genre de fille et je ne souhaite pas que cela se reproduise même si c'est que souhaiterait ces pimbêches malheureusement pour moi. Et tu as raison changeons de sujet."


Un livre sur la Seconde Guerre Mondiale en Allemagne ... Cela pouvait être intéressant. Joyce ne refusait jamais de lire quoi que ce soit. Elle aimait la diversité. Cela lui rappelait un autre livre qu'elle avait lu. Celui-ci portait sur les camps de concentration et avait été écrit par l'une de leur victime. Si ça mémoire était exacte, il s'agissait de Si c'est un homme de Primo Levi. Ce livre l'avait beaucoup touché et lui en avait appris plus sur la terreur de cette époque. Étant anglaise, elle se trouvait beaucoup plus proche de l'histoire de ce continent plutôt que de celle des États-Unis.

Amélia lui révéla également avoir fait partie de ce même cercle de relations superficielles. Joyce se rendit compte qu'elles avaient peut-être beaucoup plus en commun que ce qu'elle avait pu croire en s'asseyant à cette table quelques minutes plus tôt. Il était temps de faire plus ample connaissance. Son interlocutrice lui apprit qu'elle suivait des études de journalisme. C'était également un milieu qui intriqué miss Whitaker. Elle trouvait cela très intéressant et ses études de lettres pouvaient éventuellement déboucher sur ce métier. Elle allait répondre à Amélia lorsqu'elle aperçut le club des pompom girl déambuler dans la salle comme en terre conquise. Joyce essayait de ne pas leur prêter trop d'attention. Cela leur aurait fait bien trop plaisir. Peine perdue, les stars de la fac se dirigèrent droit vers leur table en ricanant.

"Tiens tiens. On dirait que Whitaker et Robertson ont finalement réussi à se faire des amis. Pas étonnant. Entre looseuse on se serre les coudes n'est-ce pas ?"
articula Rebecca, la vipère.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Sam 4 Aoû - 4:30

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



Joyce nu pas le temps de me répondre car les pimbêches venaient vers nous en marchant telle une miss qui se croit trop belle pour être dans la même salle que les autres filles. Avant qu'elle n'arrive Joyce me lança discrètement:

"Tiens, quand on parle du loup. Les dindes sont de sorties."

J'eu envie de rire, mais elles sont déjà arrivée à notre table. La reine des pimbêches nous regarde et nous lance:

" Tiens tiens. On dirait que Whitaker et Robertson ont finalement réussi à se faire des amis. Pas étonnant. Entre looseuse on se serre les coudes n'est-ce pas ? " nous sort Rebecca.

Je sais très bien que dans un moment comme celui-ci il ne vaux mieux rien dire, cependant ce n'est pas dans ma nature je suis trop franche pour ça. Et puis de plus n'est-ce pas Rebecca elle aime qui était venue me voir à la rentrée pour faire partie de sa meute?!?

" Tiens tiens, mais on dirait bien que Rebecca et les autres se sont attrouper en un groupe de dindes, n'est-ce pas? *dis-je en regardant Joyce et la voie sourire, je continue alors ma tirade* Alors est-ce que tu sais au moins faire une phrase à présent sans fautes d'orthographes ou dois-tu encore te chercher un faire valoir pour le faire? Au lieu de faire chier les gens Rebecca va te trouver une occupation, enfin si tu sais ce que ça veut dire? Veux-tu un dictionnaire?" très fière de moi, je retourne à quelque chose de plus intéressant qu'elles mon livre. Je regarde Joyce qui ouvre la bouche:

"..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Mar 7 Aoû - 8:41

Le petit groupe des pimbêches insolentes se déplaça jusqu'à leur table pour leur assener une phrase bien désagréable de leur voix grinçante. Joyce se mordit la lèvre pour s'empêcher de répliquer de manière trop violente. C'est fou ce qu'elle les détestait ! Elle sentit la colère montait en elle mais que pouvait-elle y faire ? Il y avait toujours sa promesse qui lui interdisait de faire des vagues ou de se faire remarquer d'une quelconque manière. En plus, elle était certaine qu'au moins l'une de ces filles avaient une mère qui connaissait la sienne. Et elle devait déjà la trouver assez bizarre comme ça. Cependant, la jeune anglaise n'eut rien à répondre et elle en fut heureuse. Amélia s'en chargea à sa place.

" Tiens tiens, mais on dirait bien que Rebecca et les autres se sont attrouper en un groupe de dindes, n'est-ce pas? Alors est-ce que tu sais au moins faire une phrase à présent sans fautes d'orthographes ou dois-tu encore te chercher un faire valoir pour le faire? Au lieu de faire chier les gens Rebecca va te trouver une occupation, enfin si tu sais ce que ça veut dire? Veux-tu un dictionnaire?"

Joyce ne put s'empêcher de rire doucement. Bien envoyé ! Rebecca et ses suivantes perdirent leurs beaux sourires de publicité pour dentifrice. Leurs yeux lançaient des éclairs. Comme si elles allaient les impressionner ! Joyce en avait vu d'autres et elle était même certaine de leur faire fermer leur caquet si elle laissait libre cour à ce qu'elle avait sur le cœur. Mais ce n'était pas possible.

"Je n'aurai pas mieux dis Amélia ! Maintenant, excusez-nous mais on a d'autres choses à faire que de s'intéresser à un groupe de gamine capricieuse et pourries gâtées à la recherche de l'attention. Vous pouvez peut-être regagnez vos places maintenant. A moins qu'il vous faille un plan cartographié ? Quoique je ne suis pas sure que vous sachiez en lire un. Ni même ce que c'est d'ailleurs." Ajouta-t-elle.

Cette fois, ça lui avait échappé. Au moins c'était dit. Rebecca allait répliquer quelque chose, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Joyce et Amélia ne leur portaient d'ailleurs plus aucune attention. Elles finirent donc par partir, haineuse. Amélia était retournée à la lecture de son livre. Joyce n'osait pas l'interrompre, bien qu'elle trouvait cela pas très polie de la laisser seule ainsi.

"Tu connais Rebecca depuis longtemps ? Enfin, comme tu as parlé de ses fautes d'orthographes ... J'ai pensé que peut-être tu la connaissais d'avant la fac. A moins qu'elle suive elle aussi un cursus de journalisme ? ..." demanda-t-elle finalement, bien que l'idée de Rebecca en train de s'intéresser à autre chose qu'à elle lui était étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Mar 7 Aoû - 9:01

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



Je sais très bien que dans un moment comme celui-ci il ne vaux mieux rien dire, cependant ce n'est pas dans ma nature je suis trop franche pour ça. Et puis de plus n'est-ce pas Rebecca elle aime qui était venue me voir à la rentrée pour faire partie de sa meute?!?

" Tiens tiens, mais on dirait bien que Rebecca et les autres se sont attrouper en un groupe de dindes, n'est-ce pas? *dis-je en regardant Joyce et la voie sourire, je continue alors ma tirade* Alors est-ce que tu sais au moins faire une phrase à présent sans fautes d'orthographes ou dois-tu encore te chercher un faire valoir pour le faire? Au lieu de faire chier les gens Rebecca va te trouver une occupation, enfin si tu sais ce que ça veut dire? Veux-tu un dictionnaire?" très fière de moi, je retourne à quelque chose de plus intéressant qu'elles mon livre. Je regarde Joyce qui ouvre la bouche:

"Je n'aurai pas mieux dis Amélia ! Maintenant, excusez-nous mais on a d'autres choses à faire que de s'intéresser à un groupe de gamine capricieuse et pourries gâtées à la recherche de l'attention. Vous pouvez peut-être regagnez vos places maintenant. A moins qu'il vous faille un plan cartographié ? Quoique je ne suis pas sure que vous sachiez en lire un. Ni même ce que c'est d'ailleurs."

Ah ah bien lancer Joyce. Je m'étais remis à lire surtout pour les pimbêches partent surtout après ce que venait de dire Joyce, elles n'allaient certainement pas rester là à nous observer. Une fois les dindes parties, Joyce me regarda et me dit:

"Tu connais Rebecca depuis longtemps ? Enfin, comme tu as parlé de ses fautes d'orthographes ... J'ai pensé que peut-être tu la connaissais d'avant la fac. A moins qu'elle suive elle aussi un cursus de journalisme ? "

Je savais que pour devenir amies avec elle, je devais lui parler mon "histoire" avec Rebecca.

" Malheureusement pour moi oui je l'ai connu d'avant la Fac, nous étions dans le même lycée. En faite mon père a pas mal d'argent, alors elles m'ont tout de suite voulu parmi elle. Au début j'ai été un peu bête je me suis dit youpi je vais être parmi les filles les plus populaires. J'ai adhéré à leur meute, jusqu'à ce qu'elles aillent trop loin tout ça à cause de leur argent. Rhaaa ce que je déteste ces filles à papa. Bref j'en ai eu marre, alors j'ai décidé de les laisser comme ça. Bon en plus elle se servait de moi comme correctrice pour tous ses devoirs, voila comment je sais qu'elle fait de grosse faute. J'espère que cela n’obstruera pas notre probable amitié? Car pour une fois que je rencontre quelqu'un qui n'est pas comme elle, j'aimerais bien la garder auprès de moi *rire* " je regarde Joyce en espérant et en croisant les doigts qu'elle appréciera ce que je viens de lui dire.

Joyce me lance alors:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Messages : 40
► POINTS : 12230
► Date d'inscription : 13/04/2012


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL: Compliqué
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR: Demi Lovato

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Jeu 9 Aoû - 9:42

Joyce Whitaker était une jeune anglaise très curieuse. Parfois beaucoup trop. C'était l'un de ses défauts. Elle avait toujours une question à la bouche, comme dans cette situation. Une fois de plus elle n'avait pas pu s'empêcher de demander à Amélia la nature de ses relations avec cette Rebecca. D'après son discours, on voyait bien que cette dernière n'appréciait pas tellement ce genre de fille. En revanche elle semblait connaître beaucoup de choses sur elles, comme les fautes d'orthographe de Rebecca.


" Malheureusement pour moi oui je l'ai connu d'avant la Fac, nous étions dans le même lycée. En faite mon père a pas mal d'argent, alors elles m'ont tout de suite voulu parmi elle. Au début j'ai été un peu bête je me suis dit youpi je vais être parmi les filles les plus populaires. J'ai adhéré à leur meute, jusqu'à ce qu'elles aillent trop loin tout ça à cause de leur argent. Rhaaa ce que je déteste ces filles à papa. Bref j'en ai eu marre, alors j'ai décidé de les laisser comme ça. Bon en plus elle se servait de moi comme correctrice pour tous ses devoirs, voila comment je sais qu'elle fait de grosse faute. J'espère que cela n’obstruera pas notre probable amitié? Car pour une fois que je rencontre quelqu'un qui n'est pas comme elle, j'aimerais bien la garder auprès de moi."


La jeune anglaise fut surprise de cette confidence. Cela expliquait tout. Elles étaient au lycée ensemble. Le lycée ... Joyce aurait probablement adoré ça ! Mais jusqu'à présent, sa mère avait exigé d'éduquer elle-même sa fille en lui faisant prendre des cours à domicile. Cela lui permettait de garder un œil sur elle en toute circonstance. Ainsi elle n'avait jamais connu cet univers. Ses "amies" se bornaient à l'époque aux filles des connaissances de sa mère, celles avec qui cela faisait bien de sortir en public. Joyce s'était vite rendu compte qu'elle n'avait strictement rien à voir avec ce genre de fille, mais elle avait fait semblant pour sa mère. Aujourd'hui elle n'en avait plus envie.

"Je vois ce que tu veux dire. C'est une bonne décision. Je suppose que quitter leur cercle n'a pas du être facile. Tu n'as pas du te faire beaucoup d'amis..."


Elle fut également agréablement surprise de la franchise d'Amélia en ce qui concernait la naissance d'une future amitié. Cela la fit sourire et lui fit plaisir. Au moins elles étaient sur la même longueur d'onde.

"Ne t'inquiètes pas. J'ai moi aussi connu des filles comme Rebecca et était amie, si on peut appeler ça une amitié, avec elles. Je crois que tous le monde les envies. Mais une fois qu'on a gouté à cet univers, on finit plutôt par les plaindre. Je les déteste tout autant que toi, mais d'une certaine façon j'ai aussi pitié d'elles...Oh et moi aussi je suis contente d'avoir trouvé quelqu'un d'ouvert d'esprit dans cette fac. On peut se serrer les coudes contre Rebecca et sa bande. Jusqu'ici je ne me suis pas fait beaucoup d'ami non plus !"
Répondit-elle, souriante.

Joyce jeta un coup d’œil à son plateau. Heureusement qu'elle avait commencé en mangeant son désert, comme toujours, car elle n'avait désormais plus du tout envie de la salade qui se trouvait face à elle. Amélia semblait avoir terminé aussi.

"Je n'ai plus très faim. Elles m'ont coupé l'appétit. On pourrait sortir un peu discuter dehors. Tu reprends à quelle heure ?" proposa-t-elle tout en se levant de table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Habitant de Manhattan, et fier de l'être »

avatar
► Crédits : Google/Tumblr
► Messages : 36
► POINTS : 11818
► Date d'inscription : 04/07/2012
► Age : 26
► Localisation : Manhattan


MA VIE A MANHATTAN
RANG SOCIAL:
BOITE DE RECEPTION (SMS):
AVATAR:

MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia] Mar 14 Aoû - 1:54

Joyce et Amélia / Une meute de loups... ou des étudiants affamés



Je savais que pour devenir amies avec elle, je devais lui parler mon "histoire" avec Rebecca.

" Malheureusement pour moi oui je l'ai connu d'avant la Fac, nous étions dans le même lycée. En faite mon père a pas mal d'argent, alors elles m'ont tout de suite voulu parmi elle. Au début j'ai été un peu bête je me suis dit youpi je vais être parmi les filles les plus populaires. J'ai adhéré à leur meute, jusqu'à ce qu'elles aillent trop loin tout ça à cause de leur argent. Rhaaa ce que je déteste ces filles à papa. Bref j'en ai eu marre, alors j'ai décidé de les laisser comme ça. Bon en plus elle se servait de moi comme correctrice pour tous ses devoirs, voila comment je sais qu'elle fait de grosse faute. J'espère que cela n’obstruera pas notre probable amitié? Car pour une fois que je rencontre quelqu'un qui n'est pas comme elle, j'aimerais bien la garder auprès de moi *rire* " je regarde Joyce en espérant et en croisant les doigts qu'elle appréciera ce que je viens de lui dire.

Joyce me lance alors:

" Je vois ce que tu veux dire. C'est une bonne décision. Je suppose que quitter leur cercle n'a pas du être facile. Tu n'as pas du te faire beaucoup d'amis...Ne t'inquiètes pas. J'ai moi aussi connu des filles comme Rebecca et était amie, si on peut appeler ça une amitié, avec elles. Je crois que tous le monde les envies. Mais une fois qu'on a gouté à cet univers, on finit plutôt par les plaindre. Je les déteste tout autant que toi, mais d'une certaine façon j'ai aussi pitié d'elles...Oh et moi aussi je suis contente d'avoir trouvé quelqu'un d'ouvert d'esprit dans cette fac. On peut se serrer les coudes contre Rebecca et sa bande. Jusqu'ici je ne me suis pas fait beaucoup d'ami non plus !Je n'ai plus très faim. Elles m'ont coupé l'appétit. On pourrait sortir un peu discuter dehors. Tu reprends à quelle heure ?"
Cela m’étonna beaucoup que elles aussi et vécu la même chose que moi, mais si elle était bien la fille du sénateur c’est alors tout à fait probable. C’est sur que des gens ouvert d’esprit sur le campus ce compte les doigts des mains. J’avais fini de déjeuner lorsque Joyce me proposa de sortir pour aller discuter ce qui ne me déplaisait pas.

« Oui bien sur on peut aller faire un tour, je ne recommence que dans une heure et toi ? Tu es de la région ou tu as emménagé pour tes études ? Tu loges dans le coin ou sur le campus ? Désolé de t’embêter avec toutes mes questions mais j’aime bien savoir certains renseignements sur les gens que je fréquente, enfin tu comprends ? Je sais je suis une pipelette, désolé je crois que c’est mon plus gros défauts » lui répondis-je en espérant ne pas l’avoir effrayée.

Je la regarde elle me souris et me réponds :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia]

Revenir en haut Aller en bas

Une meute de loup ... ou des étudiants affamés [with Amélia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE QUARTIER MOLIERE :: ♣ UNIVERSITE COLUMBIA ♣ :: ♣ LA CAFETERIA ♣-


    Membre du mois

    A venir.

    Protected by Copyscape Duplicate Content Finder

La petite nouvelle

Kayleigh Toscane Caufield


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Ecoles, Académies, Pensionnat, Poudlard